Commentaires de gestion

La capitulation des taux se poursuit

2 Juillet 2019

Ani Deshmukh

RAM Active Investments RAM (Lux) Tactical Funds II - Asia Bond Total Return

Dans la continuité des développements observés depuis mars, le mois de juin a été marqué par la poursuite de la baisse des taux d'intérêt sans risque dans le monde, alors que les banques centrales ont réaffirmé leur position accommodante face aux incertitudes commerciales et douanières ainsi qu’à la dégradation du climat économique. Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans a terminé le mois à 2,01%, en baisse de 6 pb, tandis que les Bunds ont enregistré une baisse plus marquée (-12 pb), clôturant à -0,32%.  Le dollar américain s’est légèrement déprécié (environ 1%) au cours du mois, soulignant l’environnement baissier des taux américains, mais a été soutenu par des variations similaires des courbes de taux des pays développés et émergents (cf. graphique ci-dessous). Le sommet du G20 a débouché sur une note légèrement positive : les Etats-Unis et la Chine ont accepté de reporter les droits de douane et de reprendre les négociations. Toutefois, le manque de clarté quant à la marche à suivre ne permet pas d’évaluer la trajectoire et le calendrier des discussions. Les risques de marché, notamment dans le crédit, ont été renforcés par l’environnement de taux baissier avec un resserrement d’environ 7 pb pour les spreads IG et d’environ 14 pb pour les spreads du haut rendement en juin. La nature macroéconomique de cette évolution des risques a également été observée dans d’autres classes d’actifs, notamment pour les actions asiatiques, qui ont grimpé de 5% en juin, valeurs chinoises en tête. Les matières premières sont passées à côté du rebond avec +1% pour les métaux, dans la mesure où le secteur doit trouver un équilibre entre des forces qui s’opposent : d’un côté, une politique monétaire plus accommodante et de l’autre, des perspectives de baisse de la demande. 

RAM AI - YTD Yield moves globally

Perspectives et positionnement

En ce milieu d’année, nous pouvons dresser un premier bilan et observer qu’en 2019, les marchés du crédit ont été largement soutenus par la contraction significative des taux d’intérêt sans risque (bons du trésor américain à 10 ans 70 pb, Bunds à 10 ans -45 pb, JGB à 10 ans -11 pb) tandis que les marchés des actions et du crédit ont été portés par l’attente d’une reflation des actifs ainsi que par la quête de rendement. Inversement, les fondamentaux se sont dégradés : ralentissement des exportations, baisse des indices PMI et inflation faible dans toutes les grandes économies. La géopolitique et le bras de fer commercial restent un sujet de préoccupation majeur dans la mesure où les investisseurs se reposent toujours plus sur les gouvernements et les banques centrales pour soutenir la valorisation des actifs et relancer la croissance au deuxième semestre 2019. Compte tenu des valorisations actuelles, les classes d’actifs risquées telles que les actions ont besoin, selon nous, de preuves tangibles que la guerre commerciale s’apaise et que la baisse des taux se traduit par un raffermissement de l’activité économique. L’univers du crédit est mieux positionné, notamment sur le segment IG, car les perspectives de politique monétaire accommodante continueront de porter les actifs de meilleure qualité. Les valorisations du haut rendement commencent à sembler élevées dans la mesure où la quête de rendement attire les investisseurs vers les obligations moins bien notées. Selon nous, le profil risque/rendement associé à ce segment n’est pas attrayant actuellement. En Asie, la liquidité onshore en Chine et en Inde reste un domaine clé à surveiller : les conditions de liquidité devraient demeurer restrictives pour les emprunteurs de moindre qualité, tandis que les leaders du segment tireront leur épingle du jeu. Les taux d’intérêt mondiaux seront l’autre moteur du crédit au deuxième semestre : selon nous, tout en maintenant sa position accommodante, la Fed ne devrait pas satisfaire complètement les attentes du marché qui intègre une baisse de 50 à 75 points cette année, sauf dégradation significative de l’économie américaine. Toutefois, le crédit demeure globalement bien positionné en tant que produit de portage.

Le fonds ABTRF a gagné 1,64% en juin, ce qui porte sa performance depuis le début de l’année à 7,3%. Il a bénéficié de sa surpondération de la duration en juin (4,7 ans contre 4,5 ans pour le JACI) ainsi que de l’allocation au crédit (exposition à la Chine de 35%, contre 51% dans l’indice), ce qui lui a conféré un profil mieux diversifié. Alors que les rendements à 10 ans enfoncent le seuil de 2%, nous pourrions légèrement réduire notre surpondération de la duration car le plus gros de l’évolution des taux semble passé. Ceci étant dit, le crédit asiatique (et émergent) reste un segment à bêta plus faible dans lequel investir au deuxième semestre, contrairement aux actions sensibles à la croissance. Le fonds pourrait rester axé sur l’investment grade (73% fin juin) et maintenir un profil diversifié pendant que nous réallouons le risque sur les segments Asie et MENA.

 

Nexus Investment Advisors Limited, supervisé par l’Autorité de surveillance des marchés financiers (SFC) à Hong Kong, a été nommé par la société de gestion du fonds en tant que gestionnaire de portefeuille pour RAM (Lux) Tactical Funds II - Total Return Fund Bond Asia.

*Source : Nexus Investment Advisors Limited