Commentaires de gestion

11 Février 2021

Philippe Huber, Tony Guida

 

La classe PI USD du fonds RAM (LUX) Systematic Funds - Diversified Alpha Fund a enregistré une solide performance nette de frais* (+1,96%) en janvier.

La célèbre citation de Mark Twain, « l'histoire ne se répète pas, mais elle rime », reflète bien l'évolution du premier mois de l'année 2021. De vastes pans de l'économie souffrent toujours de la pandémie mondiale. Malgré les plans de relance annoncés et les incitations financières, les perspectives de croissance sont loin d'être acquises. Durant les derniers jours du mois, la crainte croissante de troubles aux Etats-Unis, les nouvelles mesures de confinement ainsi que les fluctuations extrêmes des actions les plus vendues à découvert par les hedge funds ont suscité des réactions négatives chez les investisseurs. Cette situation s'est soldée par une augmentation de la dispersion des actifs, surtout durant la seconde quinzaine de janvier, ouvrant la voie aux stratégies à court terme. La révolte des boursicoteurs, qui s'est reflétée dans la liquidation forcée des positions short (« short squeeze ») sur le titre GameStop, a contraint certains grands hedge funds discrétionnaires à réduire rapidement leurs engagements, ce qui a amplifié la dispersion sur certains segments du marché actions.

Notre gestion repose sur des algorithmes génétiques développés en interne qui construisent des portefeuilles composés d’approches à court, moyen et long terme visant à profiter des tendances et des renversements de tendances entre et au sein des classes d'actifs. En janvier, le fonds a essentiellement tiré profit des stratégies à court terme. La performance mensuelle a été alimentée par les composantes futures et actions, qui ont clôturé dans le vert. Concernant les futures, les positions short sur les obligations à moyen terme et les devises ont dégagé l'essentiel des résultats, tandis que le portefeuille d'actions au comptant a profité de son exposition longue au secteur pharmaceutique et aux biens d'équipement, notamment aux Etats-Unis. Le positionnement short sur les obligations australiennes a fourni la meilleure contribution mensuelle. En revanche, l'exposition longue aux obligations en euro à long terme a constitué le principal frein.

*Source: RAM Active Investments