Commentaires de gestion

9 Avril 2020

Thomas de Saint-Seine

 RAM Active Investments  RAM (Lux) Systematic Funds - European Equities Maxime Botti Partner & Senior Systematic Equity Fund Manager

La classe d’actions Ip-EUR du fonds RAM (Lux) Systematic Funds – European Equities Fund a affiché une performance (nette de frais) de -19,46%*, contre -14,35% pour l’indice MSCI Europe TRN. L’Europe est devenue l’épicentre de la pandémie avec le plus grand nombre de cas confirmés en Italie, en France et en Espagne. Face à l’augmentation du nombre de décès, la nécessité de mesures fortes de la part des gouvernements et des banques centrales s’est faite d’autant plus pressante. L’impact du virus sur l’économie européenne est dévastateur, avec une chute de l’activité des entreprises à des niveaux record et de fortes baisses dans le secteur manufacturier et les services (l’indice PMI européen a atteint un plus bas historique à 31,4). La BCE a annoncé qu’elle effectuerait des achats supplémentaires d’obligations à hauteur de 750 milliards d’euros tandis que l’Allemagne a débloqué une enveloppe de 150 milliards d’euros et affecté 600 milliards d’euros à un fonds de secours. En parallèle, le Royaume-Uni a pris des mesures similaires avec un plan de relance monétaire de plus de 200 milliards de livres. La rapidité de la correction du mois de mars a laissé à découvert les stratégies axées sur les fondamentaux (et plus particulièrement systématiques) dans ce qui a été un marché sous l’emprise de la liquidité. Les pics de volatilité associés à la pire performance que les actions européennes aient connue sur un premier trimestre depuis le krach de 1987 n’ont guère laissé d’alternatives aux investisseurs pour se mettre en lieu sûr. La correction des marchés boursiers a été généralisée et sa violence a rappelé la fin 2008, impactant le désendettement des petites capitalisations de manière disproportionnée alors que les fonds gérés activement ont enregistré plus de débouclages de positions et de sorties de capitaux que les fonds passifs. Après deux années de sous-performance des petites capitalisations et des titres « value », la capitulation est proche, comme à la fin 2008, et ces segments nous semblent présenter des niveaux de valorisation de plus en plus intéressants. Nos sélections de petites et moyennes capitalisations ont significativement sous-performé notre sélection de grandes capitalisations, et l’écart de valorisation attrayant de nombre de ces titres s'est creusé par rapport au reste du marché. Dans la mesure où ce vaste mouvement de déblocage de liquidités nous semble achevé, nous anticipons un rebond marqué des petites et moyennes capitalisations, qui représentent environ 48% de notre portefeuille. Nos modèles continuent de constituer des positions sur ce segment. Au sein de la stratégie Value, la sélection de titres dans la consommation discrétionnaire a le plus pénalisé la performance, et en particulier les constructeurs résidentiels au Royaume-Uni. La stratégie Momentum, qui avait bien résisté au départ, a également fourni une contribution négative. En particulier, la sélection de titres dans la consommation de base et la consommation discrétionnaire en Suisse et en Suède ont nui à la performance. Compte tenu des biais Value inhérents à la stratégie Machine Learning, nous avons également essuyé des pertes à ce niveau, les titres de la santé en Suisse et les valeurs financières en Italie ayant le plus souffert. La seule contribution positive est venue de notre stratégie Low Vol/Defensive, qui a surperformé le marché baissier, avec des gains pour les sélections en Espagne, au Royaume-Uni et en Belgique.

*Source: RAM Active Investments