Commentaires de gestion

15 Mars 2019

Thomas de Saint-Seine

 

Après une forte surperformance en janvier, la part Ip USD du fonds RAM (Lux) Systematic Funds - Global Sustainable Income Equities Fund a signé une performance nette de frais de 1,46%*, sous-performant l'indice MSCI World High DY TRN et son rendement de 3,09%. Les actions mondiales ont inscrit une performance exceptionnelle en février, étendant le beau parcours observé en janvier. La volte-face opérée par la Réserve fédérale depuis décembre a continué d'apporter du soutien aux actions, dont la trajectoire ascendante s'est poursuivie pour le deuxième mois consécutif. La sous-performance mensuelle du fonds a vivement contrasté avec la performance du mois précédent : le rebond des titres à bêta élevé de moindre qualité s'est poursuivi et les fondamentaux ne justifiaient guère une belle performance. Dans cet environnement, nos positions axées sur le revenu et la réduction du risque ont été malmenées, tout comme notre biais intrinsèque en faveur des titres de qualité supérieure, mais nos modèles de quête de rendement ont obtenu de bons résultats. Notre modèle européen s'est trouvé au cœur de la sous-performance, avec de fortes incidences négatives émanant de la sélection de titres au Royaume-Uni et en France. Une sélection de titres peu inspirée dans le cadre de notre modèle nord-américain s'est elle aussi traduite par des pertes. Les Etats-Unis (énergie) comme le Canada (consommation discrétionnaire) ont de fait plombé la performance. S'agissant des contributions positives, la sélection de titres en Allemagne s'est révélée payante, le secteur de la consommation discrétionnaire ayant dopé la performance. D'un point de vue sectoriel, l'énergie et la finance ont constitué les principales entraves malgré la forte contribution positive des valeurs financières américaines ; l'exposition au Royaume-Uni a engendré de lourdes pertes. Les titres de l'énergie ont eux aussi sensiblement rogné la performance, peu aidés par notre sous-pondération. Concernant les incidences positives, la sélection de titres dans le secteur de la consommation discrétionnaire a compensé l'effet négatif de la surpondération, avec à la clé une création d'alpha.

*Source: RAM Active Investments