Commentaires de gestion

La normalisation du risque se poursuit

15 Mars 2019

Ani Deshmukh

RAM Active Investments RAM (Lux) Tactical Funds II - Asia Bond Total Return

L'optimisme de janvier a perduré en février, avec des actifs risqués bien soutenus dans toutes les classes d'actifs. Si l'incidence positive insufflée par le repli des bons du Trésor américain s'est estompée (les rendements se sont élargis d'environ 9 pb sur le mois), les émissions en Asie sont restées moins importantes que prévu, en particulier dans le segment investment grade de référence, où le solde net des émissions s'est établi à 8,6 milliards de dollars en février, bien en-deçà des anticipations. Dans ce contexte, la contraction des spreads s'est poursuivie sur les marchés asiatiques du crédit, à hauteur de 8-10 pb pour les obligations investment grade, tandis que les obligations du segment à haut rendement (où les émissions se maintiennent) n'ont enregistré qu'un resserrement d'environ 1 point en février. Les taux des bons du Trésor américain sans risque se sont pour leur part élargis de 10-12 pb à l'approche de la fin du mois, nuançant la performance des obligations investment grade. Sur le front géopolitique, les cours du pétrole ont continué de se raffermir : le baril de Brent se négociait à 67 dollars fin février, soutenu par les coupes décidées par l'OPEP. Pour le moment, les actifs des marchés émergents ont ignoré cette évolution, les données mondiales de l'inflation restant contenues dans leurs fourchettes respectives. Enfin, les flux de capitaux mondiaux vers la dette émergente se sont inversés et demeurent nettement positifs (15,48 milliards de dollars en cumul annuel), les investisseurs ayant réalloué leurs fonds au profit de cette classe d'actifs après un excellent début d'année.

Les risques macroéconomiques et les pressions sur la croissance restent les principales menaces, tandis que le portage est attrayant.

S'agissant des trois derniers mois, le revirement d'attitude à l'égard des actifs des marchés émergents peut s'expliquer par les grands facteurs suivants : la posture accommodante de la Fed, le biais de la Chine en faveur d'un assouplissement monétaire et les avancées perçues sur le front de la guerre commerciale sino-américaine. Le tassement des valorisations fin 2018 a créé des conditions favorables à l'appétit pour le risque en 2019. Cela étant, maintenant que les spreads investment grade se sont resserrés d'environ 35 pb et que les obligations à haut rendement ont progressé en moyenne de 5 points depuis le début de l'année, les valorisations n'apportent plus autant de soutien. Des risques macroéconomiques mondiaux tels que le Brexit (dont le sort sera connu d'ici fin mars) et le règlement définitif des disputes sur les droits de douane se profilent toujours à l'horizon. L'inflation (via le pétrole) est un risque d'événement extrême qui refait surface pour les marchés émergents et l'Asie. Dans ce contexte, la saison de publication des résultats financiers à venir ainsi que les échéances électorales nationales programmées dans des pays clés tels que l'Inde, l'Indonésie, la Thaïlande et les Philippines sont susceptibles de donner lieu à des issues incertaines dans les prochains mois. Il nous semble qu'une réévaluation de la trajectoire de hausse des taux de la Fed, conjuguée à des résultats d'entreprises plus fragiles, pourrait servir de catalyseur et limiter le rebond actuel du marché, largement tiré par les facteurs macroéconomiques et les taux. Si les spreads restent attrayants pour les opérations de portage dans un contexte de congestion des taux, nous aurons besoin de facteurs fondamentaux favorables à la croissance des zones géographiques et des entreprises pour adhérer à un scénario de compression supplémentaire des spreads.

En février, notre fonds a signé une performance largement conforme à celle de l'indice. Nous avons modérément augmenté la duration, à 3,2 ans, compte tenu de l'environnement de taux, mais nous restons à cet égard défensifs par rapport à l'indice, les fluctuations des anticipations de hausse des taux de la Fed nous paraissant quelque peu excessives à ce stade du cycle (les cours des marchés de taux intègrent une baisse des taux comme prochain geste de la Fed). La vigueur de l'économie intérieure, conjuguée à une possible amélioration des relations commerciales entre Pékin et Washington, pourrait raviver les anticipations d'une hausse des taux plus tard en 2019, tandis que la hausse des cours du pétrole contiendrait l'attrait des actifs risqués des marchés émergents. Nous avons rempli le portefeuille d'obligations de qualité supérieure, préférant monter dans la gamme des notations et accroître notre exposition aux obligations souveraines plutôt qu'aux obligations d'entreprises dans l'attente de meilleures valorisations techniques. Vers la fin du mois, nous avons de nouveau couvert une partie de notre exposition aux taux, que nous continuerons de gérer de manière dynamique.

Nexus Investment Advisors Limited, supervisé par l’Autorité de surveillance des marchés financiers (SFC) à Hong Kong, a été nommé par la société de gestion du fonds en tant que gestionnaire de portefeuille pour RAM (Lux) Tactical Funds II - Total Return Fund Bond Asia.

*Source : Nexus Investment Advisors Limited