Commentaires de gestion

9 Janvier 2019

Thomas de Saint-Seine

 

La part Ip USD du fonds RAM (Lux) Systematic Funds - Global Sustainable Income Equities Fund a signé une performance nette de frais de -8,89%*, sous-performant l'indice MSCI World High DY TRN, lui-même à l'origine d'une performance de -6,68% sur le mois. Les actions mondiales ont achevé une année épouvantable dans la douleur en décembre, les marchés restant malmenés par le conflit commercial sino-américain, les craintes relatives à la montée des taux d'intérêt et les problématiques géopolitiques telles que le Brexit. Nos modèles ont à nouveau pâti de la diversification qu'ils s'efforcent d'offrir aux investisseurs. Cette fois, c'est l'exposition aux petites capitalisations américaines qui s'est avérée préjudiciable, tout comme nos choix parmi les valeurs de rendement des secteurs de la finance et de la consommation discrétionnaire, à l'origine par la suite d'une sous-performance. D'une manière générale, les petites et moyennes capitalisations ont très fortement sous-performé les grandes capitalisations en décembre, affectant notre performance. Globalement, l'allocation a eu une incidence positive relative, tandis qu'une sélection de titres peu inspirée s'est révélée très préjudiciable. Au sein de notre modèle américain, la sélection des titres dans la finance et la consommation discrétionnaire a coûté des points, tout comme l'exposition aux valeurs des soins de santé. Le seul soutien parmi les expositions américaines est venu de nos choix de valeurs énergétiques. Notre modèle européen a un peu mieux tiré son épingle du jeu, avec une sélection bénéfique dans le secteur italien des services aux collectivités. Toutefois, notre modèle asiatique a rencontré des difficultés, plombé par une surpondération relative importante de l'Australie, ainsi que par notre sélection de petites capitalisations australiennes (la sous-performance des petites et moyennes capitalisations vis-à-vis des grandes capitalisations s'est en effet poursuivie). D'un point de vue sectoriel, nos choix de valeurs dans les secteurs de la finance, la consommation discrétionnaire et les services de communication ont tous eu une incidence négative.

*Source: RAM Active Investments