Commentaires de gestion

Une correction coordonnée

14 Novembre 2018

Ani Deshmukh

RAM Active Investments RAM (Lux) Tactical Funds II - Asia Bond Total Return

 

Le mois d'octobre s'est caractérisé par une hausse sensible de la volatilité sur l'ensemble des classes d'actifs à l'échelle mondiale. Ces dernières ont été considérablement réévaluées, aussi bien dans les marchés développés qu'émergents. Les actions ont été les plus affectées. En effet, les valeurs américaines, qui avaient jusqu'à présent tenu bon en 2018, ont subi une correction brutale sous l'effet de craintes liées aux valorisations et d'inquiétudes relatives à un plafonnement de la croissance/la fin du cycle. L'indice S&P500 a enregistré son plus fort repli mensuel depuis 2011, cédant 7%, essentiellement du fait de la sous-performance des titres cycliques (technologie, banques). Les actions des marchés émergents ont elles aussi fortement corrigé alors que s'intensifiaient les craintes concernant un courant vendeur et une ralentissement à l'échelle mondiale. L'indice MSCI World a dévissé de 8,1%, un chiffre qui témoigne de l'ampleur de la correction. Les matières premières se sont dépréciées, les cours du pétrole brut abandonnant 10% par rapport à leurs plus hauts annuels. Les marchés du crédit asiatiques et émergents ont eux aussi fait face à un regain de tensions, les inquiétudes liées aux taux ainsi que l'appréciation du dollar américain ayant tiré les valorisations vers le bas. Les bons du Trésor américain ont cependant fait preuve d'une certaine stabilité, les rendements à 10 ans achevant le mois à 3,14%, soit un élargissement de 7 pb sur la période. En Asie, le crédit a signé une piètre performance, avec un indice JACI en recul de 1,15% sur le mois, en raison d'un élargissement généralisé à l'ensemble des secteurs et catégories de notation.

D'ici la fin de l'année, des risques liés à un événement sont toujours possibles, lesquels peuvent potentiellement attiser encore la volatilité, à commencer par les élections américaines de mi-mandat début novembre, le sommet Trump-Xi organisé plus tard durant le mois, l'évolution des cours du pétrole après l'entrée en vigueur de l'embargo (désormais partiel) sur les exportations iraniennes et le relèvement des taux par la Fed en décembre. Les émissions devraient par ailleurs rester très importantes, car les émetteurs des segments investment grade et du haut rendement cherchent à accéder aux marchés pour leurs besoins de refinancement dès qu'une fenêtre d'émission se présente. D'un point de vue macroéconomique, la divergence entre les bons du Trésor américain et les marchés d'actions est également intéressante. La volatilité constatée sur les marchés d'actions en octobre faisait largement défaut sur les marchés des taux, tandis que le redressement affiché par les actions depuis une semaine environ s'accompagne d'une demande de bons du Trésor américain flirtant avec ses plus bas niveaux depuis le début de l'année. Si les valorisations expliquent probablement une partie de cette divergence, sur le moyen terme, cette dernière suggère un regain d'aversion pour le risque dans la mesure où l'accent est mis sur les craintes relatives à la croissance mondiale en 2019.

S'agissant des marchés du crédit, la revalorisation observée est conforme à nos anticipations, et les valorisations deviennent de plus en plus attrayantes. Selon nous, l'ensemble du contexte de crédit se décale actuellement vers de nouveaux niveaux, à mesure que le risque est réévalué dans un environnement de taux normalisé. Les spreads devraient constituer un meilleur indicateur du risque que les rendements globaux. Or, les spreads de l'investment grade se sont élargis d'environ 50 pb sur l'année, contre 250-275 pb environ pour ceux du haut rendement, qui offrent davantage de valeur qu'au début de l'année 2018. Nous tablons sur un apaisement progressif des tensions commerciales une fois passées les élections américaines de mi-mandat, et, alors que les conditions de liquidité restent restrictives, les marchés du crédit pourraient échapper à la poursuite de la correction si la Chine applique des mesures d'assouplissement/de relance.

Le fonds RAM (Lux) Tactical II Asia Bond Total Return (Class PI USD nette de frais )  a reculé de 1,68% en octobre, ramenant la performance depuis le début de l'année à -4.88% Si le portefeuille global était de nature défensive et a surperformé l'indice JACI en octobre, l'impact sur la rentabilité est imputable à un seul émetteur obligataire (dont les obligations arrivant à échéance en 2018 étaient contenues dans le portefeuille) ayant connu des difficultés de refinancement, avec à la clé une forte baisse de valeur. Le fonds a depuis soldé la position, préférant réduire le risque plutôt que d'être exposé à un événement de crédit. A fin octobre, le fonds est investi à hauteur de 70% environ dans des titres investment grade/liquides et quasi-liquides, et à hauteur de plus de 92% dans des obligations de qualité supérieure d'échéance courte offrant un portage intéressant dans un tel environnement. Avec une duration moyenne de 2 ans, le risque de taux d'intérêt est par ailleurs minime et nous avons l'intention de conserver un portefeuille diversifié tout en augmentant l'exposition au risque de manière sélective afin d'améliorer le rendement, qui a progressé de 3,85% en début d'année à 5,6% actuellement. L'accent a été mis sur le renforcement sélectif de l'exposition au risque, sans modifier la nature globalement défensive du portefeuille. Cela restera notre priorité une fois cette correction surmontée, lorsque nous nous positionnerons en faveur d'une année 2019 plus positive.

Nexus Investment Advisors Limited, supervisé par l’Autorité de surveillance des marchés financiers (SFC) à Hong Kong, a été nommé par la société de gestion du fonds en tant que gestionnaire de portefeuille pour RAM (Lux) Tactical Funds II - Total Return Fund Bond Asia.

*Source : Nexus Investment Advisors Limited