Commentaires de gestion

Une atmosphère de fin de cycle

14 Novembre 2018

Gilles Pradère

RAM (Lux) Tactical Funds - Global Bond Total Return fund - Gilles Pradère Senior Fund Manager, Fixed Income

 

Le mois d'octobre a été terrible pour les actifs financiers : toutes les grandes classes d'actifs ont signé des performances négatives, y compris les actions américaines, qui s'en étaient jusque là tirées à bon compte. Les actions ont dévissé, ce qui a entraîné un léger élargissement des spreads de crédit. Les emprunts d'Etat n'en ont pas vraiment profité, à l'exception du Bund allemand et du Gilt britannique, dont le rendement s'est légèrement tassé sur le mois.

Il n'est pas rare de constater, dans les derniers stades d'un cycle, une diminution des rendements des actifs financiers. En outre, aux quatre coins du globe, les indicateurs avancés ont esquissé un portrait optimiste de l'économie mondiale, avec toutefois un net ralentissement de la croissance. Il est quoi qu'il en soit trop tôt pour en conclure que les économies connaissent une phase de transition qui les emmènera de la croissance à la récession. Il s'agit probablement, a minima, d'un retour vers une croissance tendancielle après des niveaux très élevés en 2017, auquel pourraient se greffer des raisons idiosyncratiques telles que le ralentissement du secteur automobile, comme l'anticipe la BCE en ce qui concerne l'économie européenne. Les prochains indicateurs permettront de déterminer si ce malaise s'aggrave ou non, les principaux responsables incluant des taux plus élevés du fait de politiques monétaires moins accommodantes, le ralentissement du PIB chinois et l'accentuation des risques politiques.

Dans un tel environnement, notre philosophie est inchangée : maintenir un portefeuille sous-jacent doté de niveaux de qualité et de liquidité satisfaisants. Avec des fondamentaux de crédit stables au mieux, les spreads n'apportent pour le moment pas de protection en cas de scénario de croissance défavorable. Dans la mesure où la transition vers des rendements accrus pourrait ne pas être finie, nous conservons une duration modérée. En parallèle, nous sommes à l'affût d'opportunités spécifiques et d'expositions tactiques.

Notre portefeuille traditionnel a affiché une performance de -0,03% (brute de frais). Le portefeuille en USD, qui privilégie les titres de bonne qualité, a apporté une contribution positive. Compte tenu du regain de volatilité suscité par les incertitudes italiennes, le portefeuille EURO, qui privilégie davantage les rendements attrayants et la duration réduite, a eu une incidence négative.

Notre exposition aux pays périphériques, mise en place en août, a freiné la performance après la hausse enregistrée le mois dernier. Nous avons profité des rebonds du marché pour réduire cette exposition, des issues très positives étant désormais moins probables. Nous avons ajouté un spread long Allemagne – short France à notre spread long Espagne – short France car l'Espagne a pâti d'une certaine contagion tandis que la France continue d'afficher des niveaux relativement onéreux par rapport à l'Allemagne. Aux Etats-Unis, notre position en faveur d'une pentification de la courbe s'est avérée bénéfique. Notre portefeuille non traditionnel a enregistré une performance de -0,04% (brute de frais).

Notre portefeuille de devises a contribué à hauteur de +0,05% à la performance (brute de frais) du mois. Alors qu'ils étaient à l'origine d'une contribution positive le mois précédent, la couronne suédoise (2% des actifs, par rapport à l'euro) et le dollar canadien (1% des actifs) ont quelque peu pesé dans un contexte d'aversion pour le risque. Le portage positif capté par nos expositions aux devises a compensé ce revers, la poche ayant été en mesure d'apporter une contribution positive à la performance.

En fin de mois, la performance nette de frais de la classe d'actions B USD du fonds RAM (Lux) Tactical Funds Global Bond Total Return s’établissait à -0,12%*. La duration s'élevait à 2,9 ans et la qualité moyenne du crédit était de A+.

*Source: RAM Active Investments