Commentaires de gestion

14 Novembre 2018

Emmanuel Hauptmann

RAM (LUX) SYSTEMATIC FUNDS – LONG/SHORT GLOBAL EQUITIES

 

La classe PI USD du fonds RAM (Lux) Systematic Funds - Long/Short Global Equities Fund a signé une performance (nette de frais) de -0,64%* en octobre. Les investisseurs ont fait face à un mois d'octobre mouvementé, qui s'est soldé pour les actions internationales par les pires performances mensuelles depuis mai 2012. Alors que les risques se multipliaient, entre la politique européenne et le ralentissement de l'économie chinoise, les stratégies long sur les actions mondiales ont souffert, les investisseurs soldant sans distinction les positions sur les titres les plus plébiscités, tout en liquidant également les positions short les plus populaires et les plus performantes : tous les ingrédients étaient donc réunis pour une « tempête parfaite ». Bien entendu, compte tenu du contexte de marché, nos portefeuilles Value ont été les plus durement touchés au cours du mois, tandis que le portefeuille Defensive, comme pour nos autres fonds, a signé la meilleure performance relative, contribuant à atténuer les pertes. Par ailleurs nos portefeuilles short ont affiché d'excellentes performances et les portefeuilles Short GARP/Momentum et Short Value ont été les plus performants en termes relatifs. D'un point de vue géographique, la France, le Japon et le Canada ont représenté les principales entraves à la performance. S'agissant du Japon, nos positions long dans les secteurs de la consommation de base et des soins de santé ont nettement sous-performé et la contribution de nos positions short n'a pas suffi à compenser ces pertes. Une situation similaire a été observée en France, où la sous-performance a été essentiellement imputable à notre sélection long. A l'inverse, les positions sur la Suisse et les Etats-Unis ont dégagé un alpha considérable. Outre-Atlantique, cet alpha a surtout été produit par nos portefeuilles short, ce qui a compensé les pertes subies par notre portefeuille long. Du point de vue des secteurs, nos portefeuilles long ont enregistré des pertes dans la consommation discrétionnaire (France et Japon) et la finance (Etats-Unis et Canada), et l'alpha positif généré au niveau de la consommation de base (Etats-Unis et Corée du Sud) n'a pas été suffisant pour contrebalancer ces pertes. S'agissant des pays, nos modèles ont accru leur exposition nette au Japon, à la Corée du Sud et à l'Australie, au détriment du Royaume-Uni, du Canada et de la France. Les ajustements sectoriels opérés par nos modèles ont révélé une forte hausse des expositions nettes à la consommation discrétionnaire et à l'énergie, tandis qu'en contrepartie les allocations à la finance et aux matériaux ont été diminuées.

 *Source: RAM Active Investments