Commentaires de gestion

14 Novembre 2018

Emmanuel Hauptmann

RAM Active Investments RAM (Lux) Systematic Funds -Emerging Markets Equities

 

La classe Ip USD du fonds RAM (Lux) Systematic Funds Emerging Markets Equities a signé une performance (nette de frais) de -9,15%*, sous-performant légèrement l'indice MSCI Emerging Markets TRN$ de 44 pb. Le fonds surperformait confortablement son indice de référence au début du mois d'octobre, avant que le vent ne tourne sur certaines de nos positions géographiques et sectorielles clés, balayant les gains précédemment engrangés. Cette sous-performance doit beaucoup à l'incidence des petites et moyennes capitalisations, dont la performance s'est avérée largement inférieure à celle des grandes capitalisations. Bien que le fonds ait considérablement surperformé les segments concernés, notre surpondération des valeurs petites et moyennes capitalisations a sensiblement grevé la performance. En termes de stratégies, nos portefeuilles Defensive et Machine Learning (ML) se sont tous deux mieux comportés que le marché, tandis que le portefeuille Value a constitué la principale entrave et que le portefeuille Momentum a lui aussi coûté . L'aversion au le risque l'a emporté en octobre, sous l'effet des replis des actions américaines, d'incertitudes diverses et variées dont les frictions commerciales sino-américaines et la trajectoire de relèvement des taux de la Fed, si bien que nos modèles ont dû faire face à un contexte extrêmement difficile. Sur le plan géographique, les plus fortes contributions positives à la performance durant le mois sont venues de la Chine (secteurs de la consommation), l'Afrique du Sud et la Russie (matériaux). S'agissant de la Chine, les gains ont résulté de notre nette sous-pondération relative ainsi que d'une sélection prudente des titres. A l'inverse, notre exposition à Taïwan (matériaux) ainsi qu'une position hors indice de référence sur l'Australie ont généré des contributions négatives. L'Australie a signé l'une des pires performances à l'échelle mondiale, essuyant sa plus forte baisse mensuelle sur trois ans, chaque secteur ayant terminé le mois en territoire négatif. D'un point de vue sectoriel, notre surpondération sur l'énergie s'est révélée extrêmement bénéfique, générant des gains dans plusieurs pays, y compris le Brésil et la Chine. Au sein des technologies de l'information, l'incidence positive de la sélection des titres a également dopé les rendements. Notre forte sous-pondération de la finance, ainsi que les choix opérés dans ce secteur ont largement obéré la performance, tandis que la sélection des titres s'est avérée peu fructueuse dans le secteur industriel. Les changements apportés à nos modèles au niveau géographique ont inclus des augmentations modérées sur les titres chinois, indiens et russes, ces derniers représentant désormais l'une de nos plus fortes surpondérations relatives. L'exposition à la Corée du Sud et à Taïwan a été allégée. Concernant les modifications sectorielles, notre exposition à l'énergie et à la consommation discrétionnaire a été étoffée au détriment de la consommation de base et de l'immobilier.

*Sources : RAM Active Investments