Commentaires de gestion

Un refuge en période de turbulences !

17 Septembre 2018

Ani Deshmukh

RAM Active Investments RAM (Lux) Tactical Funds II - Asia Bond Total Return

 

Les vents contraires sur les marchés émergents n'ont montré aucun signe d'apaisement et ont rendu cet été particulièrement long et douloureux pour de nombreux investisseurs. Le conflit commercial est désormais ouvert entre les Etats-Unis et la Chine. La phase de négociations qui se résumait à une partie de bluff a bel et bien pris fin. Il y a fort à parier que les choses vont aller plus mal encore avant un retour à la normale dès lors que l'annonce de tarifs douaniers de l'ordre de 200 milliards USD supplémentaires de marchandises pourrait se concrétiser début septembre déjà. Son impact sur les bénéfices des entreprises, l'inflation et la croissance économique se fera ressentir dans les deux prochains mois et fera l'objet d'une surveillance attentive des marchés. Dans l'intervalle, le raffermissement du dollar américain a continué de semer la pagaille dans des pays émergents dont les fondamentaux sont plus faibles comme l'Argentine et la Turquie, entraînant une nouvelle dévaluation considérable de leurs devises. A l'heure où nous rédigeons ces lignes, la Banque centrale d'Argentine vient de relever son taux directeur à pas moins de 60% (le plus élevé au monde) afin d'endiguer la chute libre du peso. Un récit édifiant pour les pays émergents étant donné que l'Argentine a littéralement restructuré la totalité de sa dette il y a deux ans à peine et qu'elle pourrait renouveler l'opération dans un futur proche. Toutefois, le marché du crédit asiatique a fait preuve de stabilité malgré toutes ces nouvelles négatives. L'indice de référence JACI a remarquablement soutenu sa reprise et généré un rendement de +51 pb en août, le segment investment grade asiatique surperformant nettement celui du haut rendement (rendement de +66 pb vs +1 pb). 

Comment l'Asie s'y est-elle prise ? La réponse est très simple. Le JACI étant composé à plus de moitié d'obligations d'entreprises chinoises, la performance de l'indice est directement liée à celle du pays. A la suite d'un revirement de la politique monétaire de la Banque populaire de Chine (BPC) fin juin (d'une politique de resserrement à un assouplissement, permettant aux banques de recourir à un mécanisme de prêt à moyen terme (MLF) pour acheter des obligations d'entreprises, réduisant les réserves de fonds propres des banques sur l'achat d'obligations, etc.) le crédit chinois a fortement rebondi depuis son plus bas du mois de juillet. Cette mesure a également atténué les pertes sur le crédit chinois depuis le début de l'année à seulement -1,20%. D'autre part, l'Asie est largement représentée par des pays développés comme Singapour, Hong Kong et la Corée. La dette de ces derniers a tiré profit du mouvement de fuite vers la qualité au cours des périodes de volatilité, ce qui expliquait pourquoi le segment investment grade asiatique a surperformé son homologue du haut rendement dans une telle proportion. Le Pakistan (-2,52% en août) et le Sri Lanka (-1,27% en août) figuraient parmi les mauvais élèves de la région dès lors que ces deux marchés frontières sont plus fortement corrélés au reste des pays émergents. Tous deux ne représentaient toutefois que 1,65% du JACI ; leur déclin n'a donc eu qu'un impact limité sur la performance globale de l'indice.

En début d'année, les projections en matière d'offre globale d'obligations asiatiques libellées en dollar américain étaient estimées à 280 milliards USD pour la totalité de l'année 2018. Fin août, le budget atteignait à peine 50%. Nous pourrions dès lors voir un nouvel afflux d'émissions à hauteur de 140 milliards USD (soit 35 milliards USD par mois) inonder le marché au cours des quatre derniers mois de l'année. Dès lors que le sentiment est en berne et que les investisseurs s'inquiètent des difficultés des pays émergents, il n'est pas certain que l'offre pourra être intégralement absorbée sans réajustement des valorisations. Dans l'intervalle, les émetteurs auront donc sans doute tendance à se montrer beaucoup plus prudents en termes de fixation de prix, et nous entrevoyons quelques opportunités intéressantes, surtout pour les titres cotés BB+/BBB-. 

Le RAM (Lux) Tactical Funds II - Asia Bond Total Return Fund a généré un rendement de 11 pb* en août et a cédé -2,52% depuis le début de l'année. Notre sous-performance par rapport à l'Indice s'expliquait essentiellement par la duration réduite de notre portefeuille (2,93 vs 4,9 ans) et nous avons enregistré des rendements inférieurs à ceux des bons du Trésor américain au cours de la période d'aversion pour le risque. En outre, l'une de nos positions sur le haut rendement indien a elle aussi essuyé un revers provisoire, mais marqué. Nous espérons combler ces pertes une fois que l'émission de droits en cours sera effective. Concernant notre positionnement, nous maintenons une pondération de la Chine conforme à celle du marché, une surpondération des pays asiatiques développés et une sous-pondération de l'Indonésie et des pays frontières. Enfin, nous ne nous attendons pas à ce que l'Asie imite l'Argentine et la Turquie, mais nous ne voulons pas non plus nous montrer agressifs trop tôt.

Nexus Investment Advisors Limited, supervisé par l’Autorité de surveillance des marchés financiers (SFC) à Hong Kong, a été nommé par la société de gestion du fonds en tant que gestionnaire de portefeuille pour RAM (Lux) Tactical Funds II - Total Return Fund Bond Asia.

*Source : Nexus Investment Advisors Limited