Commentaires de gestion

17 Septembre 2018

Emmanuel Hauptmann

RAM (LUX) SYSTEMATIC FUNDS – LONG/SHORT GLOBAL EQUITIES

La classe d'actions PI USD du fonds RAM (Lux) Systematic Funds - Long/Short Global Equities a signé une performance (nette de frais) de 0,57%* en août. Au cours du mois, nos stratégies Long Momentum et GARP ont contribué à la performance en dégageant des niveaux d'alpha robustes. De même, nos stratégies Short ont généré un alpha positif, nos portefeuilles Momentum et Value ayant rapidement racheté leurs positions courtes à des valorisations inférieures par rapport au marché dans son ensemble (générant ainsi une performance positive). Sur le plan géographique, l'Amérique du Nord (via les Etats-Unis et le Canada) a constitué le principal moteur de la performance positive du fonds. S'agissant des Etats-Unis, nos stratégies long ont dégagé de l'alpha, légèrement érodé par la surperformance de nos stratégies short vis-à-vis du marché dans son ensemble (un thème que nous observons depuis le début de l'année 2018). Le Canada a constitué une parfaite vitrine de notre approche bêta neutre, les deux portefeuilles (short et long) ayant produit de l'alpha. Les principaux freins à la performance mensuelle ont été la Corée du Sud et la Suède. En termes sectoriels, les choix opérés dans la consommation discrétionnaire comme dans les technologies de l'information ont été source d'alpha, en particulier dans nos portefeuilles long. A l'inverse, dans le secteur de l'énergie, l'alpha généré par le portefeuille short a été complètement effacé par le portefeuille long. Le secteur des services aux collectivités a livré la pire contribution à la performance, essentiellement pénalisé par ses positions long. Les changements apportés à nos modèles au niveau géographique se sont traduits par une nette réduction de notre exposition à l'Australie et au Canada, au profit de l'exposition au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Notre exposition au Japon a elle aussi été allégée. Dans le cadre des ajustements sectoriels, nos modèles ont renforcé leur exposition nette short aux secteurs de la santé et des matériaux. A l'inverse, l'exposition nette aux secteurs des technologies de l'information et des télécommunications a été augmentée.

Les économies émergentes vulnérables ont à nouveau été mises à mal en août. En un mois, le peso argentin ainsi que la livre turque ont perdu un tiers de leur valeur vis-à-vis du billet vert. Les frictions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ont encore augmenté d'un cran lorsque l'imposition de droits de douane sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises s'est précisée, commençant à devenir une réalité à court terme. En Europe, l'Italie est restée une source de préoccupation compte tenu des critiques formulées à l'encontre de la rigueur budgétaire. Dans ce contexte, les marchés actions du monde entier ont connu des sorts variés : les Etats-Unis ont achevé le mois en territoire largement positif à la faveur des résultats globalement solides des entreprises, tandis que les actions européennes ont souffert notamment de la situation politique en Italie. S'agissant des marchés obligataires, les emprunts d'Etat italiens ont subi des dégagements et le Bund allemand a parfaitement rempli son rôle de valeur refuge. Le rendement du bon du Trésor américain à 10 ans a cédé 10 pb pour achever le mois à 2,86%, soutenu par les déclarations accommodantes du président de la Fed. Les marchés du crédit ont affiché une situation similaire à celle des marchés boursiers, quoique moins accentuée. Ainsi, les obligations investment grade et à haut rendement américaines ont profité d'une performance positive tandis que leurs homologues européennes affichaient une performance globalement neutre pour le segment investment grade et négative pour le haut rendement. Enfin, les obligations des marchés émergents libellées en devise locale et en devise forte ont reculé, et l'Asie émergente a représenté la seule poche de performance positive.

 *Source: RAM Active Investments