Commentaires de gestion

Une dose de médecine japonaise

15 Mai 2020

Gilles Pradère

RAM (Lux) Tactical Funds - Global Bond Total Return fund - Gilles Pradère Senior Fund Manager, Fixed Income

Les actifs risqués ont rebondi en avril. Les actions et le haut rendement ont quitté leurs plus bas, mais leur performance depuis le début de l’année reste fortement négative. Les taux mondiaux restent faibles.

Les efforts combinés des banques centrales et des gouvernements en vue d’éviter un effondrement économique ne sont pas sans rappeler la médecine japonaise administrée à grand renfort de déficits budgétaires financés principalement par la banque centrale. L’ampleur du programme budgétaire américain et la rapidité avec laquelle la Réserve fédérale a procédé aux achats d’actifs ont été impressionnantes. La réponse des autorités européennes est pour l’instant moins agressive et la BCE devrait mettre plusieurs mois avant de déployer pleinement son arsenal d’achats. Si elle veut obtenir un réel assouplissement des conditions financières, la BCE devra passer à la vitesse supérieure. En conséquence, même si les mesures de soutien sont en cours de déploiement, la situation économique reste catastrophique et comme le Président de la Fed Jerome Powell l’a dit, « il faudra sans doute en faire plus ».

Nous avons procédé à une liquidation tactique de nos positions sur les bons du Trésor américain lorsque les rendements à 5 ans se sont approchés de 0,30%. Constituée à la mi-mars, notre exposition aux obligations d’entreprises investment grade a porté ses fruits et nous avons profité des nouvelles émissions et des spreads élevés pour investir dans des secteurs tels que la technologie ou l’alimentation, généralement très chers en raison de la solidité des bilans. La BCE étant moins efficace que la Fed, nous avons réduit notre exposition périphérique en vendant les titres italiens à 2 ans, tout en conservant notre exposition aux emprunts grecs à 7 ans, et avons commencé à prendre des bénéfices sur diverses obligations d’entreprises européennes ayant enregistré de bonnes performances. Nous avons maintenu l’allocation diversifiée à la dette émergente largement inchangée car celle-ci intègre une valeur raisonnable, y compris dans des pays solides tels qu’Israël ou la Corée. Nous avons également ajouté certaines obligations de provinces canadiennes en CAD à 5 ans car elles offrent à la fois qualité et liquidité. Notre portefeuille traditionnel a affiché une performance brute de +1,86%.

Nous avons conservé une position longue sur l’Autriche face à l’Allemagne, en légère hausse, tandis que le reste de notre exposition à l’Espagne face à la France a subi une légère perte. Notre portefeuille non traditionnel a enregistré une performance brute de +0,01%.

 Les positions longues sur la SEK et la NOK face à l’euro ont porté leurs fruits durant le mois sous revue, notamment après que la Banque centrale suédoise a déclaré que les taux négatifs n’étaient pas une réponse adaptée à la situation actuelle. La NOK a continué de s’apprécier et l’exposition aux devises nordiques est restée inchangée. Avec l’amélioration générale, le panier de devises émergentes est reparti à la hausse. Notre portefeuille de devises a enregistré une performance brute de +0,15%.

 En fin de mois, la performance nette de frais de la classe B USD du fonds RAM (Lux) Tactical Funds – Global Bond Total Return Fund s'établissait à 1,98%. La duration s'élevait à 4,4 ans et la qualité moyenne du crédit était de A-.

* Source : RAM Active Investments